Comment bien choisir sa peinture ?

Définir la peinture dont vous avez besoin, commence par savoir le résultat que vous souhaitez obtenir. Il est donc nécessaire de bien connaître les caractéristiques des principaux types de peinture.

La gouache

goutte_peinture

Souvent utilisée dans un cadre scolaire pour sa facilité de nettoyage, la gouache est relativement, la technique la plus simple à utiliser. Elle offre couvrance et opacité mais se travaille de préférence, sans superposition de couleur, ni épaisseur. Raison pour laquelle corriger une erreur, en recouvrant la couche précédente, est souvent problématique car lorsque les couleurs de différentes couches se mélangent, vous n’avez pas toujours l’assurance d’obtenir les résultats que vous souhaitez.

Avec un rendu mat, la gouache peut être utilisée sur de nombreux supports dont le papier. Favorisez néanmoins des grammages supérieurs à 120 g/m². Pour les châssis entoilés, il faut veiller à la tension de la toile et à sa stabilité dans le temps afin que la peinture ne craquelle pas en vieillissant.

L’acrylique

abstract_sennelierComparée à la gouache, elle offre beaucoup plus de souplesse à l’usage. La peinture acrylique peut être travaillée en épaisseur, superposée et même diluée. Vous pouvez y ajouter divers médiums pour varier les effets. Quel que soit le dosage, il est quasi impossible de rater vos mélanges. L’acrylique se décline plusieurs catégories de couleurs : opaques, semi-opaque ou transparentes. Ce sont en fait les pigments utilisés dans la fabrication qui déterminent cela. Il est, par exemple, assez difficile de trouver un pigment jaune opaque. Loin d’être un défaut de qualité, c’est une caractéristique propre à ce genre de couleurs. Sur fond blanc, cette notion de transparence n’a pas tellement d’importance. En revanche, l’effet ne sera pas le même en recouvrant d’autres surfaces mais le rendu est intéressant lorsque votre intention est de jouer avec les matières. La peinture transparente ou semi-transparente agira comme un filtre coloré sur votre support.

Qu’elle soit opaque, semi-opaque ou transparente, l’acrylique a un rendu satiné à quelques exceptions près. Elle se trouve aussi bien sous forme fluide qu’épaisse et son séchage est rapide. Cette peinture bénéficie d’une bonne adhérence sur de nombreux matériaux. Elle peut s’utiliser sur du papier dès 180g/m² même préférez un support d’au moins 250 g/m² ou du carton entoilé pour un résultat optimal. Selon votre budget, les châssis en coton, en lin ou polyester sont les meilleurs supports pour une conservation durable de vos œuvres.

La peinture à l’huile

tube_gouache_ouvert

C’est sans aucun doute celle qui nécessite un minimum de technique. Si vous n’avez jamais pratiqué un ouvrage avec des couleurs à l’huile, commencez par investir dans quelques tubes et entraînez-vous. En effet, les possibilités étant plus vastes qu’avec n’importe quel autre type de peinture, vous ne pouvez pas vous hasarder dans les dosages et les étapes d’application des médiums et des couleurs. Comme pour la peinture acrylique, la peinture à l’huile se travaille en fine couche ou en épaisseur et vous permet de jouer avec les transparences. La notion d’opacité des couleurs en fonction des pigments est la même. La peinture à l’huile se démarque de l’acrylique grâce à son temps de séchage bien plus long. Ce qui donne la possibilité au peintre de travailler ses couleurs dans le frais. Facilitant ainsi la création des dégradés et des fondus par exemple. Son autre avantage réside dans son liant à base d’huile dont la concentration en pigments plus importante, délivre des couleurs plus intenses.

Au niveau des supports, le papier n’est pas le plus adapté pour les couleurs à l’huile mais il en existe spécialement destiné à cet usage. En ce qui concerne, les châssis, préférez le lin au coton. Sa stabilité garantie la pérennité de votre œuvre. Les châssis en polyester conviennent  très bien aussi. Et Le carton entoilé représente une excellente alternative au châssis pour s’entraîner.

L’aquarelle

Aquarelle_dalerCette dernière sorte de peinture se trouve généralement sous forme de petits cubes de couleur solide. Elle se dilue à l’eau, ce qui lui confère une grande fluidité et son fini mat. Très appréciée pour les jeux de transparence qu’elle permet sur papier blanc, la qualité de celui-ci a beaucoup d’influence sur le résultat final. Il est donc recommandé de choisir un papier spécial aquarelle pour travailler cette peinture. L’aquarelle peut s’employer en extérieur, notamment en raison de son faible encombrement. Elle se travaille uniquement à plat. Dans votre jardin ou au parc, tout ce qu’il vous faut c’est une palette d’aquarelle, un peu d’eau, un pinceau et du papier !

Le type de réalisations souhaité orientera le choix de la texture du papier :

  • Grain satiné pour un résultat très précis.
  • Grain fin pour un résultat précis.
  • Grain moyen pour un résultat plus abstrait.
  • Grain torchon pour une diffusion optimale de la couleur et un résultat abstrait.

Gardez également en tête que la quantité d’eau a une certaine incidence sur votre travail. Car sous son apparente simplicité d’utilisation, l’aquarelle demande tout de même quelques heures d’entraînement en amont avant de bien maîtriser la technique et déterminer le comportement de la peinture, du papier et de l’eau.

En somme, le meilleur conseil est de s’essayer à toutes les peintures. Vous pourrez ainsi vous faire votre propre avis, les évaluer plus préciser selon vos besoins et aussi appréhender les matières et leurs comportements en situation. Une fois la peinture adéquate trouvée, vous pourrez vous lancer librement dans la création !

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez @rougierple